33.

dans la brillance de l’éveil dans le paradis des herbes folles nous allons en haillons défier la mort les anges transpirent au-dessus de nous le néon vicié du plaisir gagne l’ambigu des arbres tu es un roi hurlant à ma fissure d’hydrogène un peintre aveugle dans le crépuscule du désir ton visage surnaturel est baigné…

32.

à regret nous marchons sur les débris de la porte gelée l’estomac retourné par le bâton de mort qui tourne au-dessus de nos têtes les fossés sont les tombes des déesses d’où s’échappent une odeur de frissons ardents nos pas nous conduisent à une fête sans surprises nous portons nos dettes jusqu’au bout l’herbe à…

31.

les siècles à ma blessure m’ont réveillé ils m’empêchent de sortir de demander ma route dans le dégout des corps nus je vais drapée de vie je chancelle de ta dégustation hier j’étais seule et c’était encore un commencement je suis la poupée exquise que l’on reprend gentiment sans autres conséquences des lettres serrées confiées…

30.

toi mon sauveur approprié aux tours sans importance tu te recroquevilles en amour je marche dans tes pas la corde au cou chemin faisant mes doigts jouent à mentir je lisse les plumes de l’oiseau minuscule l’oiseau de rien fragile comme mon visage au plaisir comme la chaleur de mes yeux retournés comme l’envol d’une…

29.

tu sais ma solitude je suis tes intentions la nuit finie qui conquiert l’aube nous laisse cassés et froids tu me pourchasses encore dans les draps défaits ta nonchalance au retour gauche mon cul qui brille devant la mer les blessures sur mes hanches que je ne peux cacher tu pleures le feu qui te…

28.

tes yeux désobéissants ne montrent nulle flamme quand tu te défais de tes vêtements tristes de forçats ta voix mélancolique chante doucement à l’horizon des rimes ton visage de côté ta tête d’ange pareille aux voleurs et aux rois entends-tu ma parole la mer m’attire et me tire vers un ciel immobile pourquoi ne pas…

27.

je me tiens debout répétant du bout des lèvres la leçon d’infini apprise à ta source bercée par le souffle bleu du murmure de ton corps de cheval-vapeur je m’enivre de l’odeur âcre de ton arc-en-ciel dans l’aube blanche des matins fiévreux mon corps est un océan noir de surprises sauvages répendant la rumeur qui…

26.

j’allume depuis longtemps la gracieuse insistance qui bat lentement l’horizon pour faire venir les hommes sauvages les marins de passage raidis dans ma blessure qui dans l’amour libèrent mon azur magnifique leurs bouches terrestres embrassent mon récif de sirène les mots libérés de justesse chantent la houle qui se lève la solitude pareille à celle…

25.

la solitude est mon autre habitude qui vient le soir me coucher sur le sable à la marée montante des plaisirs solitaires l’écume qui vient mouiller mon corps au goût de poivre et à la musique sombre elle m’appelle et me prend par surprise elle est la compagne joyeuse des rues obscures et des terres…

24.

je crie dans des draps froissés tachés de pitié je suis une louve en danger fatiguée de baiser de tes baisers de la surcharge de plaisirs électriques la chaleur envahit mon corps mais ma tête reste en place quand nous nous embrassons tes doigts tiennent mes cheveux tu sers mon ombre quand je quitte tes…

23.

et je viens en un brillant hasard la tête profonde envahit de ta respiration pleine ton vit ouvre mon ventre d’où jaillissent des calamars humides je frissonne gluante sous l’impulsion orageuse tu es mon vendangeur en fuite je m’abreuve à ton membre désobéissant dans la nuit aveugle flotte un baiser de mort les paroles nocturnes…

22.

ta bouche lampe de chevet ta voix lampe de poche allument mes lèvres d’une lumière diffuse tu plantes tes doigts humides sur ma langue de murmures mon corps est la répétition de tes pas feutrés ton visage vient se perdre dans mon filet de douceur tu te tortilles à en mourir à en devenir dieu…